Intermarum : de Piłsudski à Brzezinski, Tusk and co

Il faudra s’y faire : la continuation de la Pologne par d’autres moyens au sein de l’UE taillée sur mesure ne fait que commencer. L’Europe de l’Atlantique à l’Ural voulue ou rêvée par de Gaulle risque de rester à l’état de chimère. Aujourd’hui le pays qui a le vent en poupe est la Pologne qui fédère un groupe de pays russophobes à l’Est. Objectif : Russie en mode plus ou moins kamikaze c’est selon.

L’observation concernant l’effacement effrayant de la France en 100 ans peut être presque renversée en ce qui concerne la Pologne. Il y a 100 ans ce pays n’existe plus. Les trois partages du XVIIIème siècle, l’intermède napoléonien et la suppression de l’autonomie en 1830 on fait sortir ce pays millénaire de l’histoire au moins internationale.

Un siècle plus tard, non seulement la Pologne et le peuple polonais sont bien ressuscités mais ce pays occupe même la présidence de l’ »Union » européenne. Il bénéficie de la libre circulation, des aides européennes, a sa zone d’influence et sa géopolitique propre en Europe de l’Est. Il joue à fond la carte de l’alliance atlantique et de l’OTAN. Aucune énergie perdue en ligne. Moralement, ce peuple a une psychologie forte de peuple élu (« pan » polski ou polak). Il est sûr de lui, dynamique, « in » comme diraient les anglo-saxons.

Cette Pologne là refuse naturellement de s’associer aux fêtes russes du 70ème anniversaire de la victoire commune contre le nazisme et le fascisme. Elle ne refuse naturellement pas de soutenir la nouvelle Ukraine fasciste pas plus qu’elle n’avait eu de problème à s’allier avec Hitler dans l’entre-deux guerres.

Pour notre démonstration, c’est la russophobie qui est le facteur clef. L’empire manquait de troupes : il en a trouvé. De quoi s’occuper de la Russie.

I : Piłsudski

Józef Piłsudski est l’homme d’État polonais « à poigne » des années 20 et 30. Le conflit entre polonais et armée rouge et finalement gagné par les polonais après la bataille de Varsovie, a créé dans les années 20 des réflexions qui retrouvent aujourd’hui leur actualité :comment se débarrasser de la Russie comme menace significative ? En effet la Pologne, pays millénaire se retrouve coincée entre l’Allemagne et l’URSS, deux pays bien plus puissants, La Pologne seule est trop faible.

Les deux stratégies prônées sinon encouragées par Piłsudski étaient donc :

  1. La vieille idée d’une grande fédération centre-européenne « d’une mer à l’autre » de la Baltique à la mer Noire pour rendre cet espace invulnérable. Une idée qui reste en changeant de forme selon les époques.
  2. Le projet de Piłsudski était de détacher l’Ukraine et la Lituanie de l’URSS et d’en faire une confédération. Ce projet est resté lettre morte sans être ignoré de Moscou. Après un cheminement quelque-peu phréatique, Il est ressorti après 1991 sous plusieurs avatars : pays du groupe de Visegrad, Intermarum. Quelques cartes permettent de suivre ce cheminement multi-séculaire d’une idée qui continue son petit bonhomme de chemin. Les projets sont légions, parfois fantaisistes, parfois de pures chimères. L’important ici est qu’il rencontre la force américaine qui y voit la « Nouvelle Europe », celle où elle se sent à l’aise, qui partage ses « valeurs » Un vieux concept dont la Pologne est le centre et qui rencontre aujourd’hui leur stratégie anti-russe contemporaine. Cet espace est déjà celui où les troupes de l’OTAN se prépositionnent (pays baltes, Roumanie, Pologne, Ukraine), la Hongrie et la République Tchèque étant beaucoup plus réservées.
    L’image suivante tirée d’un blog polonais est intéressante par ce qu’elle exprime peut-être tout haut ce que beaucoup pensent tout bas là-bas . Il définit l’Intermarum+ par les pays européens blancs peu islamisés, une sorte d’Europe « idéale » et romantique. Une analyse géopolitique n’est pas faite pour être politiquement correcte si ça conduit à enlever un terme à une équation pour la rendre incompréhensible. Et que surtout on accuse pas l’auteur de donner des leçons aux polonais : ce qui se dit tout haut et presque ingénument dans ces pays se pense simplement tout bas ici, réprimé par une pensée unique qui pense résoudre un problème en interdisant son expression et même la possibilité de sa formulation. C’est créer de toutes pièces une pathologie sociale. Les européens de l’ouest ont juste appris à être hypocrites. L’important pour cet article est que cet intermarum qui n’a pas pu se faire dans le passé par la Pologne seule peut se faire sous la protection américaine. 
  3. Le prométhéisme : mouvement littéraire, romantique, poétique avant que d’être politique. Dans son acception politique qui nous intéresse ici le prométhéisme est une « action par laquelle un état suscite soit au travers de ses propres services de renseignement ou agences soit au travers de  » proxys  » comme les Organisations Non Gouvernementales des troubles séparatistes au sein d’un autre état en jouant sur la diversité culturelle , éthnique ou religieuse de ce dernier » (source) . Selon Latsa c’est à partir de 1924 qu’est adopté par la Pologne nouvellement indépendante « l’idée de  de lancer un mouvement des « indigènes » de Russie et d’aider ces peuples à obtenir leur indépendance. … En 1926,[…] c’est Pilsudksi qui prend le pouvoir en Pologne et se fera le chantre de la protection des « peuples » contre l’URSS” (source)
  4. Face à la menace soviétique, Pilsudski favorise la création de mouvements sécessionnistes en URSS dans le Caucase et autres régions. Le but étant la la dislocation de cet état dangereux et puissant en entités plus petites. Selon Latsa, cette politique est reprise après 1945 via le recyclage des nationalistes ukrainiens nazis aux États-Unis par la CIA (source)

II : Brzezinski

Après la guerre ces idées finissent par se retrouver dans le « grand échiquier » 1997 pour devenir doctrine de politique étrangère américaine : casser L’URSS (1975-1990) puis la Russie en ses constituants premiers : dés-intégration / dislocation. (Tentative ratée en Tchétchénie via groupes militaires transitant par la Turquie avec financement en pétrodollars venant de l’Arabie saoudite). Le Caucase toujours comme pied d’argile du colosse russe. On comprend l’inquiétude russe concernant l’État islamique que les occidentaux ont laissé se créer et leur rapprochement avec l’Iran et la Turquie.

Ces deux concepts polonais mais qui plaisent aux États-Unis (ce qui leur donne leur force et leur actualité) font de la Pologne le pivot stratégique de cette stratégie, flattent l’égo de Pan Polski/polak (polak=polonais en polonais) qui peut refaire enfin son entrée dans la grande histoire. Se dégagent les grands traits de la guerre qui vient.

III : George Friedman : couper l’Allemagne de la Russie

George Friedman est créateur et directeur de la STRATFOR, groupe privé de renseignement pour les puissants de ce monde, via lettres confidentielles et expertise. Qualifié parfois de CIA secrète ses interventions sont attendues.

Dans sa dernière intervention au Chicago Council of Global Affairs (attention quand il y a “global” c’est une signature), il dit ce qu’il pense : les Etats-Unis feraient bien de devenir un empire adulte et de s’assumer comme tel, de diviser pour régner, de ne pas se soucier de moralité, de faire se battre les autres à sa place. Bref d’être un empire un peu sérieux, adulte et décomplexé.

On retrouve dans son intervention ce projet Pilsudski repris presque à la lettre : fédérer les pays russophobes contre la Russie et empêcher l’Allemagne de se brancher sérieusement sur les immenses ressources russes.

Tusk, Pilsudski, Brzezinski, Friedman sont les élément d’un puzzle qui permettent de commencer à comprendre la stratégie américaine :

  1. Dans un premier temps : tir de barrage médiatique visant à diaboliser le dirigeant. Ça on sait faire depuis longtemps, c’est en cours, c’est fait.
  2. Tusk président de la glu européenne empêche les occidentaux de l’ouest de réagir.
  3. La Pologne prend la tête des russophobes réarmés dans l’OTAN ou hors OTAN chef de file d’une « intermarum » déclarée ou non
  4. Le groupe Europe Intermarum est lancé contre la Russie tandis que l’Europe de l’Ouest s’enfonce dans les luttes entre communautés.
  5. Les musulmans extrémistes sont lancés via la Turquie, Syrie, Libye au Daguestan et dans le Caucase (Prométhéisme). La Russie est saignée à blanc mais sans que la puissance instigatrice soit impliquée officiellement (comme en 1905 pour l’Empire britannique). La Pologne joue le rôle de la France d’avant 1914 manipulée par l’Angleterre via Clemenceau.
  6. Les États-Unis premiers exportateurs mondiaux d’armes feront tourner les entreprises restantes aux États-Unis et créeront les « jobs » dont dépend la stabilité sociale et monétaire.
  7. La Russie étant affaiblie, casser ou distendre les liens entre les pays du groupe de Shanghai (Asie Centrale selon les opportunités -révolutions de couleur-).
  8. Arriver à la fin comme arbitres et dicter les conditions au moindre coût. Se payer même peut-être le luxe de débarquer en sauveurs.
  9. On ne veut pas se poser la question de savoir quels types d’armes seront utilisées (pas de place ici). Il suffit de savoir qu’elles seront hautement létales et, exemple du Donbass ou de Gaza abondant dans ce sens, qu’elles seront utilisées contre les populations civiles sans état d’âme.
  10. De notre point de vue cette guerre a déjà commencé et montera en intensité d’année en année jusqu’au moment où le peuple français ne pourra plus l’ignorer. Cette guerre va lui coûter très cher et ce dans un état d’impréparation inquiétant. Il faut s’attendre à un PIB divisé par deux et le retour à la France des années de l’occupation : plus d’essence (ou strictement rationnée), le couvre-feu, la police politique etc … En 1943 on se retrouve avec une économie résiduelle faite de semelles en bois, de vente de cheveux ou de taxis à pédales ! L’essence disparaît. On retrouve les « joies » de la bicyclette. Le Mistral n’est qu’un amuse-gueule.On est étonné de l’absence d’exercices réguliers de défense civile. Encore une fois, quelle différence d’avec la Suisse ! La préparation aux situations d’urgence peut-elle réellement se faire dans l’urgence ?
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s