Comprendre la politique étrangère russe : l’intervention de Valdimir Poutine à l’assemblée générale de l’ONU

Le discours de Vladimir Poutine à l’assemblée générale de l’ONU le 28  Septembre 2015 à l’occasion des 70 ans de cette organisation, a premièrement recadré les principes qui régissent les relations entre les peuples dans le cadre des Nations Unis. De dérive en dérive et d’unilatéralisme en unilatéralisme, le monde est devenu du n’importe-quoi et de plus en plus dangereux. 

A : Le discours de Vladimir Poutine à l’assemblée générale de l’ONU

L’intégralité de cette intervention est présentée ci-dessous dans sa version intégrale pour que cet article ne soit pas taxé de partialité.


Après avoir réaffirmé la légitimité de l’ONU, du droit de véto et de l’indépendance nationale, Vladimir Poutine réaffirme les principes qui peuvent créer un état de paix entre pays différents et dans un monde multipolaire.

I : La réaffirmation des principes qui régissent le droit international. 

  1. Chaque nation a le droit de se développer librement selon son génie propre. Le monde doit être multipolaire entre pays indépendants qui ne soient pas des « protectorats contrôlés de l’extérieur ».
  2. Aucune nation n’est exceptionnelle. L’Empire Tsariste comme l’Union Soviétique se sont considérés en leur temps comme investis d’une mission (3èmeRome, phare du prolétariat) d’où leur expansionnisme pathologique source de conflits. La Russie de 2015 n’est ni l’Empire tsariste ni l’URSS et a tiré les leçons des erreurs du passé.
  3. Le droit international doit être respecté et personne ne doit s’en affranchir. Le Monde est un espace de pays égaux ayant chacun ses particularités et avec lesquels on peut et doit coopérer pragmatiquement dans l’intérêt et le bénéfice réciproques. Aucun pays ne doit contourner une résolution qui n’aurait pas été acceptée par l’ONU. Or, c’est ce qu’a voulu faire le tandem Hollande-Fabius avec la Syrie en 2013 à l’occasion d’attaques au gaz qui semblent avoir été une machination de plus. Le style Poutine ressemble au business : on se met autour d’une table et on prend les points les uns après les autres et on trouve des solutions sans arrière-pensée. Si cette méthode marche (et qui peut nier qu’elle marche), pourquoi ne pas s’en inspirer. La diplomatie petits fours-champagne-coups-fourrés payés avec la sueur du peuple n’a-t-elle pas atteint ses limites ? Quant à la diplomatie secrète, elle est formellement interdite en droit international. Le coup des accords Sykes-Picot ne devrait pas se reproduire avec le traité transatlantique négocié « en cachette ». Cette diplomatie secrète a montré les ravages dont elle était capable avant 1914. Le résultat est un sentiment d’insécurité général, le réarmement à outrance et des probabilités bien plus élevées de dérapage. Si les grands groupes se frottent les mains, les peuples, eux, n’ont rien à y gagner.
  4. Chaque pays a le droit et le devoir de dire quelles sont les menaces vitales contre sa sécurité. Pour la Russie, le « soit-disant » bouclier anti-missiles de l’OTAN est une menace existentielle car situé beaucoup trop près des deux capitales russes. Il suffirait de le faire reculer de 1000 km vers l’ouest. Il ne perdrait rien de son caractère défensif si telle est sa réelle raison d’être.
  5. La Russie ne peut pas tolérer que d’autres pays recrutent, entraînent et arment des terroristes pour les envoyer chez elle notamment au Caucase. Encore une fois, ne pas les prendre pour plus idiots qu’ils ne sont. La Russie sait qui a entraîné et envoyé les terroristes sur son territoire au temps des deux guerres de Tchétchénie, la personne au pouvoir à cette époque n’étant autre que Vladimir Poutine. La Russie montre en Syrie sa détermination de détruire à la source les terroristes stipendiés avant qu’ils ne soient envoyés chez elle. L’intervention russe en Syrie avec l’accord du gouvernement légal de ce pays, est ce qu’on appelle une frappe préventive. Le premier devoir régalien d’un État est de protéger sa population. La population russe approuve cette politique à 85 %.
  6. La Russie s’oppose à ce qu’on mélange les activités économiques et la géopolitique.Les sanctions occidentales ne sont pas un blocus en tant que tel, acte de guerre et donc déclaration implicite de guerre, mais déconnecter la Russie du réseau SWIFT en aurait été un. Le premier ministre Medvedev en charge de ces affaires avait clairement averti que la Russie ne le tolérerait pas. Pour le reste (sanctions) la Russie a relevé le défi en 2 ans. Les éleveurs de porc français iront se plaindre à leur président et demander des subventions compensatrices payée de la poche des français qui acceptent de toutes façons. Les SDF, les petites entreprises, commerçants, profession s libérales écrasées de charges, chômeurs, précarisés, sans-dents, minimum vieillesse, handicapés, apprécieront les effets de cette brillante politique.
  7. La Russie est consciente que seule la coopération entre pays souverains et un changement de paradigme peuvent relever les défis majeurs et planétaires que sont actuellement le terrorisme, l’écologie, l’épuisement des ressources minérales et agricoles. Poutine est un des seul chefs d’État à penser global sans penser impérial.

Ces 7 exigences sont loin de venir d’un pays dirigé pas un dictateur mégalomane et sont partagées par beaucoup d’autres pays qui sont fatigués voire excédés par les ingérences constantes d’autres pays dans leurs affaires intérieures.

 

II : La critique acerbe des « « partenaires » » occidentaux.

 

Discours de Vladimir Poutine devant l’AGNU 70   YouTube carre
« Est-ce que vous vous rendez au moins compte de ce que vous avez fait ? « 

La second volet de ce discours de Vladimir Poutine a consisté à l’analyse de la politique myope, hypocrite et irresponsable suivie par l’occident contre le terrorisme et des chocs en retour qu’il se prend tout seul. De la Libye à l’Ukraine et à la Syrie.

Cela n’a pas du être agréable a entendre par nos diplomates. Cela ressemblait plus au sermon d’un principal de collège à des adolescents irresponsables qu’à un discours entre pairs : « est-ce que vous vous rendez compte de ce que vous avez fait ? »

Papa Poutine est allé à la tribune de l’ONU gronder les dirigeants occidentaux. La fin de la récré a été sifflée et l’armée russe a du intervenir énergiquement pour éviter que les derniers chrétiens, musulmans et kurdes soient coupés en morceau, enterrés vivants, brûlés vifs, vendues comme esclaves pour les femmes, utilisés à des fins pédophiles pour les enfants ou découpés en organes à vendre.

« Est-ce que vous vous rendez compte de ce que vous avez fait ? ». Quant aux russes (car il y en a, comme les européens) qui ont été flairer le sang dans les rangs des terroristes, ils ne doivent pas être en mesure de rentrer au pays continuer leur œuvre sinistre.

Conclusion

Après la démonstration de leur incompétence manifeste dans la crise de l’euro, de leur incapacité en matière économique, les dirigeants européens ont montré qu’ils étaient capables de déstabiliser trois continents en 3 ans par incapacité de prendre du recul et distinguer le prioritaire de l’accessoire et une énergie désormais pathétique mise au service d’un projet euro-atlantique voué à l’échec. Il n’y a pas d’homme nouveau européen forgé par directives, règlements ou traités. Il y a juste des places à prendre et des subventions à réclamer. A la première crises sérieuse, ou quand les caisses seront vides (et elles le sont), chaque peuple reprendra ses billes et la construction européenne apparaîtra pour ce qu’elle a toujours été : un machin qui fonctionne plus ou moins quand tout irait de toutes façons bien sans lui mais qui s’effondre lamentablement au premier choc vraiment sérieux

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s