La France : essai de définition du « fabiusisme »

(Dans le style sciences-po pipo-ENAgnagna)

1 : Un pays fidèle à sa constitution et à ses principes …

La République française, fidèle à ses traditions, se conforme aux règles du droit public international. Elle n’entreprendra aucune guerre dans des vues de conquête et n’emploiera jamais ses forces contre la liberté d’aucun peuple.(constitution française de 1946 reprise dans celle de 1958)

L’esprit de cette excellente disposition collective n’est pas ouvertement violé mais tordu. C’est du droit tordu.

  1. Jusqu’en 1964, les colonies étaient la Très-Grande-France. Effectivement, fidèle à ses traditions (pendus de Louis XIV, juin 1948, Commune), la France a réprimé férocement des troubles intérieurs sans qu’il y ait d’esprit de conquête (elle avaient déjà été faites au siècle précédent).
  2. Après 1960 (Françafrique), la France-Quai d’Orsay vient en aide aux pays indépendants à la demande expresse … de gouvernements qui ne sauraient par définition lui déplaire (à une exception près qui l’a payé cher). Quand à la main basse sur les ressources minérales et sur la trésorerie africaines, ce n’étaient finalement que des traités « librement » signés. Donc pas de violation flagrante du droit international de 1960 à 1980. Juste des traités inégaux « librement » signés en échange d’une indépendance fictive.
  3. Après 1981, tout en continuant les vieilles recettes, arrivent les guerres humanitaires,la renaissance du protectorat. R2P (responsability to protect). Fidèle à ses traditions que personne ne lui conteste, et dans le cadre de l’ONU, la France ne doit jamais employer ses forces contre la liberté d’aucun peuple, mais contre des dictateurs sanguinaires. Notons la subtilité sémantique. Ce n’est pas contre le peuple serbe que la France se bat en 1999 avec tout l’OTAN (à vaincre sans péril …) mais contre le dictateur Milosevic qui ne peut pas (qui le pourrait) accepter que les troupes de l’OTAN stationnent et circulent librement sur le territoire de la Yougoslavie sans être soumises aux lois yougoslaves, contre son parlement de marionnettes, contre son opinion publique formatée par la propagande d’état ; ce n’est pas contre le peuple libyen que la « no fly zone » est instaurée en 2011 au dessus de la Libye, mais bien contre son dictateur mégalomane qui approche dangereusement de Benghazi (foyer éternel de liberté et d’indépendance), ce n’est pas contre le peuple syrien mais contre « le dictateur qui tue son propre peuple et qui ne mérite pas de vivre » que la croisade syrienne est lancée en 2012-13-14-15 (ce dictateur est coriace ! Comment ose-t-il s’opposer à la liberté). Qu’il ne reste que ruines et chaos après la « libération » de chaque pays et que chacun se serve au passage, que la misère s’installe, que les plus extrémistes des extrémistes s’installent, que les têtes volent, que condition des femmes régresse de 1000 ans, peu importe : il faut que la liberté progresse tel un feu de forêt indonésien. Que les seules zones épargnées par les bombes humanitaires soient les précieux oléoducs ! Le monde respire enfin grâce à la France, à ses valeurs, sa diplomatie, ses rafales. La Liberté, une fois de plus, a triomphé « dans le respect des règles du droit international » et «  sans employer ses forces contre la liberté d’aucun peuple ».

Il n’est pas sur que la marine chinoise qui a dû évacuer en urgence (et avec quel brio logistique !) 30 000 chinois et taïwanais et aller les chercher jusqu’au Soudan ait apprécié la liberté à la sauce Fabius. A Moscou on garde manifestement des nerfs d’acier deux fois trempé, la tête froide et l’œil sur le Caucase en réussissant une des plus formidables modernisations militaires d’une armée en temps de paix : la liberté française n’ira pas déstabiliser le Daghestan. Là est la ligne rouge : il y a eu depuis deux ans une dizaine de coups de semonce militaires majeurs qui ont fini par être perçus pour ce qu’ils sont même par l’OTAN. En Allemagne aussi on est patient avec l’ami français ! On accueille dans l’urgence et à une échelle qui force le respect. C’était probablement le prix à payer pour montrer encore une nouvelle fois et avant la prochaine pendant probablement mille ans que allemand et nazi ne sont pas la même chose.

Quant au gouvernement algérien, il fait preuve d’une incontestable bienveillance : être obligé de faire patrouiller 2 000 000 de km² de désert pour y rechercher les métastases terroristes post-libyennes n’est pas un cadeau, mais bah… entre amis ...Les rapports franco-algériens n’en ont pas été affectés et algériens, tunisiens, égyptiens essaient maintenant tant bien que mal de réparer les pots cassés et de stabiliser l’Afrique-du-Nord. En effet l’impasse libyenne est totale 4 ans après la disparition de la Libye des écrans télé du français moyen et après le départ de BHL des plages de Benghazi. Une couche de crise permanente de plus.

On insiste sur la Libye parce que la Syrie sera au moins du même ordre. Il est bien plus facile de déstructurer un pays à coup de révolution de couleur que de reconstruire. Après les accords Sykes-Picot qui datent d’il y a un siècle, il faut constater que jamais le Moyen-Orient n’a pu s’en remettre. Ces accords sont un fatum qui plane sur cette région.

 

2 : … qui ne s’ingère pas dans les affaires intérieures des autres.

  • Assad doit partir

Notre ministre des affaires étrangères demande un calendrier pour le départ d’Assad.

  1. En vertu de quoi la France demande le départ d’un chef d’état étranger ? Le mandat de la France sur la Syrie est heureusement terminé depuis 1946. Vu d’Amérique du Sud et au temps où l’épidémie de cancers n’avait pas sévi, Hugo Chavez s’était exprimé candidement sur ce sujet. https://youtu.be/br6gAnKvB8U?t=1m34s Tout ceci est sur la toile et n’importe quel citoyen peut y accéder. Si on ne veut pas savoir, c’est une autre-chose et mille articles comme celui-ci n’y pourront rien.
  2. Mais surtout pour le remplacer par qui ? L’état syrien est un état fonctionnel bien qu’affaibli par la guerre (administration, écoles, justice, hôpitaux, parlement avec une opposition – oui il y a une opposition au parlement syrien). La déstructuration de cet état signifierait un « failed state » et encore plus de réfugiés. Que le président installe d’avance des tentes dans le jardin de l’Élysée mais pourquoi le peuple devrait-il faire les frais d’une politique qui va à ce point contre ses intérêts ? Il y a un SDF tous les 40 mètres au centre de Paris et 6 millions de chômeurs. La liste des licenciement hebdomadaires est tel que même le distingué Jovanovic renonce à les recenser ?
  3. Il est vrai qu’ après Tony Blair qui voulait la recolonisation du Monde, Valéry Giscard d’Estaing ex-président aurait parlé de pacification, mandat ONUsien sur la Syrie sous direction française (naturellement). En 1946 la France bombardait les quartiers civils de Damas. (ce sont les anglais qui ont du intimer l’ordre aux militaires français d’arrêter sous menace d’ouvrir le feu). On se permet de se demander comment des troupes françaises seraient accueillies. Le seul qui ne coupe pas la tête des chrétiens en Syrie, c’est le président Assad non ?
  4. Depuis l’intervention russe la panique règne probablement en haut lieu car au fur et à mesure de la contre-offensive du gouvernement légal syrien, les preuves concrètes sur le terrain de l’implication française vont fatalement s’accumuler. L’habileté légendaire du président Assad et l »exceptionnelle diplomatie russe sauront certainement tirer le meilleur parti des informations récoltées.
  5. Le « soit disant » printemps arabe avait été précédé d’un doublement artificiel du prix du blé et autres céréales. De quoi échauffer les esprits. La drogue du printemps arabe fabriquée en Bulgarie dans des laboratoires de l’OTAN ( (un soldat a en effet un « capital courage » – 8 semaines chez les américains pendant la bataille du pacifique) + twitter/facebook + pots de vins + billets distribués aux combattants et manifestants + réalité virtuelle tournée au Qatar : on se fait une idée de la spontanéité de ces événements.
  6. Cet exode prépare probablement autre chose pour 2016. L’auteur de ces lignes n’est pas devin mais ne saurait que trop donner le conseil à ceux qui le peuvent de s’informer sérieusement (pas chez les guignols du PAF) et de prendre leurs dispositions.

3 … et qui sait tirer les conséquences politiques de ses erreurs

  • Fabius devrait-il rester ?

512px-Laurent_Fabius_2009Notre ministre des affaires étrangères et ancien premier ministre responsable mais pas coupable devrait peut-être lui aussi préparer ses valises, être fair-play et reconnaître son échec. Assad ne sera pas déstabilisé et ne mérite pas une guerre mondiale. La voie suivie devient stérile et la langue de bois insupportable. Ces nouveaux réfugiés vont coûter non seulement très cher mais encore peuvent être l’étincelle d’une guerre civile en France. Or, la République sait parfaitement recaser ses énarques dans de bons postes à vie bien confortables et avec retraite en or. Naturellement sa « Syrie libre » obtiendra l’asile politique en France. Ensuite il sera possible de renvoyer chez eux les réfugiés qui s’ils sont de vrais réfugiés, le désirent plus que tout.

Après toutes ces malheurs, les 50 euros que 54 % des français parviennent à économiser par mois auront été réduits à néant en augmentation d’impôts, taxe, coupes dans les budgets sociaux etc … Il faudra bien trouver l’argent quelque-part. Est-ce si difficile à prévoir ?

En effet, la politique aventureuse, à courte vue et contre-productive de ce ministre prend 5 fois l’argent dans la poche du contribuable :

  1. une première fois pour déstabiliser des pays étrangers souverains (forces secrètes, entraînement militaire, fournitures d’armes).
  2. Une seconde fois pour faire une campagne de bombardement pendant un an (c’est pas gratuit une sortie de rafale) à l’efficacité de 1 combattant Al Quaïda ISIS/DAESH tué par sortie (ils étaient curieusement bien plus efficaces contre les combattants de Khadafi, eux aussi dans le désert)
  3. Une troisième fois en campagnes de sensibilisation en France contre les jeunes tentés par l’aventure du Jihad (http://www.stop-djihadisme.gouv.fr/)
  4. Une quatrième fois en frais d’accueil d’un exode qu’il est inutile de qualifier de biblique.
  5. Et naturellement une cinquième fois en aide et reconstruction quand la Russie aura fait en 1 mois ce que les autres n’avaient pas pu faire en un an.

Pendant ce temps 54 % des ménages français ne peuvent plus mettre 50 € de côté par mois.

(Cinquante euros, c’est la somme maximale qu’ont pu mettre de côté chaque mois 54% des Français en 2015, une fois leurs dépenses courantes -impôts, loyer, gaz/électricité, téléphone et nourriture- réglées. Mais il y a pire … (La Tribune)

Un peuple qui vote devrait être adulte et s’il vote deux fois de suite pour des guignols qu’est-ce qu’on y peut ? Il y avait des candidats bien plus lucides et/ou honnêtes en 2007 et 2012.

Il est temps de penser avant de voter avant que d’autres viennent mettre dans la tête des français le plomb qui leur manque.

Ceci aura été dit au moins une fois.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s