Syrie : l’« entité » reprend la main : nouvelles guerres en vue

Après avoir détruit la Yougoslavie, l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, le Soudan, le Yémen, l’Ukraine dans la presque totale indifférence, l' »entité » est en passe de « digérer » le cas Trump et continue son plan de destruction de la Syrie. Avec en vue l’invasion militaire de ce pays et la déposition du président Assad.

En attendant le prochain pays sur la liste.

article_agoravox_likes3799 visites(16 avril)

Ecouter en mp3

1 : “L’entité”reprend sa feuille de route

Depuis 2012, on écrit régulièrement des articles qui ne sont jamais démentis concernant l’existence d’un gouvernement invisible, occulte qui utilise ceux qui sont élus comme des marionnettes.

Le cerveau émotif du téléspectateur moyen au cortex cérébral supérieur arrasé gobera bien la nouvelle version remixée du « boucher de Damas génocidaire de son propre peuple ».

On ne s’étonne plus qu’un enfant sur une plage déplacé pour les besoins de la photo, un enfant d’Alep maquillé avant que d’être soigné ou naturellement des enfants tués au gaz sarin par le “régime d’Assad” provoque l’émotion du monde entier et des tirs de missiles Tomawaq deux jours après avant toute enquête pour savoir qui a fait quoi.

Pour l’homo pavlovus-emoticus, c’est bien assez. Le but reste qu’il constitue plus de 50 % des électeurs. Tant que les écrans satureront les espaces privés et publics, on ne croit pas à la capacité de se débarasser de ces puissantes chaînes invisibles.

Les enfants tués sous les bombardement américains à Mossul : connais pas. Les enfants tués en Ukraine : connais pas. Les enfants tués au Yemen : connais pas ! Certains enfants sont plus enfants que d’autres.

A : L’Amérique est la mieux placée pour s’indigner des « petits enfants tués » ou l' »‘hôpital qui se moque de la charité »

Piqure de rappel : le bombardement stratégique comme arme humanitaire de Dresde à Tokyo 1945 à Mossul 2017 en passant par le Vietnam (lire 6 000 t de bombes et non 6 mégatonnes !) , l’Irak, Yemen, Afghanistan etc … La technique progresse, les fondamentaux restent. Les occidentaux instrumentalisent simplement les enfants quand cela les arrange : toujours cette hypocrisie et ce deux poids deux mesures.

B : Un comportement aberrant et illogique qui ne tient pas la route

La logique est l’art de discerner la vérité de l’erreur et du mensonge.

L’usage d’une arme de destruction massive, quelle qu’elle soit et par qui que ce soit constitue un crime de guerre.

Le président Assad est réputé pour être un homme intelligent. Il est très habile politiquement et très bien conseillé.

Ses armées ont des victoires sur le terrain contre ISIS-DAESH avec des moyens conventionnels.

L’utilisation d’une arme prohibée par une armée en train de gagner avec des moyens légaux est d’une bétise incommensurable.

Or le président Assad est intelligent

Ca “ne tient pas la route”. Par tous les bouts qu’on le prenne. Cela ferait d’Assad un dément pire qu’Hitler à la fin de la guerre : on rappelle que jamais Hitler n’a osé utiliser l’arme chimique contre Londres ou Léningrad (sauf cas très particulier des chambres à gaz et dans le secrêt le plus absolu)  alors qu’il avait les vecteurs pour le faire (Avions, V1 et V2, mortiers de siège) et tous les stocks et possibilité de production avec la première industrie chimique mondiale. La première guerre mondiale avait montré que cette arme testée pour crever le front ne donne pas d’avantage stratégique décisif et indigne les consciences mondiales.

Ce n’est pas qu’on me prenne pour un imbécile qui me dérange mais qu’on pense que je ne m’en apperçois pas” (Proverbe alsacien)

Il est vrai que la Syrie a eu un stock d’armes chimiques détruit en 2013 à la suite d’une médiation russe.

Quelle était la raison d’être de ce stock ?

La Syrie a pour voisin à l’Ouest un état appelé “Israël” qui a annexé une partie de son territoire (les hauteurs du Golan) et qui dispose d’armes de destruction massives et des vecteurs pour les lancer (bombes atomiques censées ne pas exister).

Face à cette menace, la dissuasion “du pauvre” consistait en un stock d’armes chimiques et de missiles SCUDs au cas où Israël utiliserait des armes atomiques.

Du point de vue syrien, la menace israélienne est sérieuse puisque que le projet géo-théo-politique suppose que la Syrie indépendante n’existe plus.

(Bible : Genèse 15.18) : En ce jour-là, l’Éternel fit alliance avec Abram, et dit : Je donne ce pays à ta postérité, depuis le fleuve d’Égypte jusqu’au grand fleuve, au fleuve d’Euphrate, 15.19 le pays des Kéniens, des Keniziens, des Kadmoniens, 15.20 des Héthiens, des Phéréziens, des Rephaïm, 15.21 des Amoréens, des Cananéens, des Guirgasiens et des Jébusiens.

Il s’agit du projet de “grand Israël”. Aucun jugement ou alors on cesse de faire de la géopolitique : chaque état a ses projets géopolitiques. La France a eu son projet Pyrénées-Alpes-Rhin réalisé effectivement par la Révolution avant que d’être détruit par l’hubris de Napoléon. L’Allemagne a eu le pangermanisme et dans un précédent article on a montré comment la Pologne avait son “intermarum” et ses confins. Selon un article, DAESH-ISIS ferait le sale boulot de destruction sans s’en apercevoir pour ce grand Israël. On se borne à donner comme faits :

    • la présence de conseillers militaires israéliens au côté des islamistes soi-disant “modérés”
    • Le bombardement de l’aviation israélienne quand l’armée légale syrienne avance trop vite contre ISIS (La Syrie a du abattre des avions israéliens).

Il aura peut-être échappé à certains que le premier devoir d’un chef d’état est de maintenir les institutions et l’intégrité du pays qu’il gouverne. Il est élu pour ça et c’est son métier.

Or depuis sa création, et les français ne sont pas innocents loin de là, des lambeaux de Syrie sont régulièrement pris ou donnés aux pays voisins. La Syrie est un état dépecé au ralenti.

  1. Sous l’Empire Ottoman, la Syrie est tout ce qui n’est pas la Mésopotamie ou l’Egypte.
  2. Les accords Sykès-Picot de 1916 procèdent à un premier partage entre anglais, français et initialement russes. (Mossul l’Antique Ninive fait partie de la zone “bleue” française). Finalement Mossul sera Irakien avec compensations pour la CFP (Compagnie Française des Pétroles)
  3. Puis le mont Liban sera agrandi/charcuté par la France et séparé de la Syrie.
  4. En 1939, le sandjak d’Alexandrette sera donné à la Turquie (démasquant au passage l’hypocrisie du concept du “mandat”)
  5. Enfin après 1967, le Golan est “occupé et administré” par Israël puis annexé. On n’espère même plus qu’il le rende un jour.
  6. On voit désormais se profiler une entité kurde au nord.

Suite à la vraie-fausse fause-vraie attaque chimique contre des populations civiles de 2013 et des lignes rouges, rose, rosées du président Obama, l’ancien ministre des affaires étrangères Fabius et bien d’autres ont non seulement appelé à une attaque de la Syrie mais en plus ont même fait chauffer les moteurs. La réticence d’Obama a permis d’éviter un conflit avec la Russie et la Chine ce qui permet probablement à l’auteur de ne pas être mort, dans un cancer terminal ou intoxiqué au plutonium. Quelle chance avons nous !

Depuis, comme avec Milosevic et son épuration éthnique, comme avec les armes de destruction massive de Sadam Hussen en Irak, le président Assad a été mis hors de cause : cette attaque/arnaque était le fait des “rebelles” avec transit du gaz sarin en Turquie, accord de Hillary Clinton pour le faire venir de Libye soit disant libérée de son dictateur. L’opacité du processus montre du doigt quelque(s) service(s) secret.

Pour que l’occident ne perde pas la face les russes ont proposé “à leurs partenaires” un plan de destruction du stock syrien d’armes chimiques. Depuis 2013 le dictateur Assad qui ne mérite pas de vivre (Fabius) ne dispose plus d’armes chimiques et l’occident n’a plus eu de prétexte flagrant pour intervenir.

L’intervention russe a permis de montrer que celle de la coalition internationale contre DAESH n’avait été qu’une “drôle de guerre”, “phoney war” “seltsame Krieg” dont la définition exacte est : “guerre dans laquelle deux groupes opposés sont ouvertement hostile l’un à l’autre, comme s’ils étaient en guerre alors que dans les faits il n’y a pas de réel combat”. La guerre contre DAESH “pour de faux” a été démasquée. Daesh sert des intérêts qu’il ignore peut-être lui-même.

Pour ne pas avoir l’air trop hypocrites, il a bien fallu un peu faire semblant de se battre un peu contre les coupeurs de tête et les violeurs de fillettes mais en gardant un oeil sur les progrès de l’armée du “boucher de Damas”. Quand Palmyre a été reprise, des “erreurs” américaines ont permis à DAESH de reprendre la ville. De même des bombardements israéliens ont permis en temps utile à DAESH de souffler. Les progrès de l’armée légale syrienne aux alentours d’Homs et qui ouvrait la possibilité d’une libération de Raqa par l’armée syrienne et non par la “coalition internationale” méritait bien d’être ralentie par 59 missiles Tomahawk (23 seraient atteint leur but) : 200 à 300 millions USD pour détruire 9 vieux Migs, la cantine et le centre d’entrainement. On connaissait la loi des rendements décroisssant mais là on atteint des sommets.

Nous avions fait remarquer dans notre article précédent daté et qui dit l’exacte vérité dans une indifférence désormais complète (la stratégie de l’étouffoir républicain) que le caractère sanguin du nouveau président des Etats-Unis le rendait vulnérable aux manipulations. Et s’il est un bon homme d’affaires, a-t-il des notions de géopolitique ?

Il doit prouver qu’il n’est pas pro-russe (euh pardon Poutine) et doit se méfier de ses collaborateurs les plus proches. Le président des Etats-Unis ne semble pas être au courant des plans de manoeuvre de son armée initiés par l’administration Obama et l’OTAN avant son entrée en fonction. La politique syrienne est tenue en main par le clan Mac Caïn et le “deep state”.

2 : Cui bono ? (qui a intérêt) Le point de vue de Richard H. Black, sénateur de Virginie et ancien procureur en chef au pentagone.

On a vu dans la première partie qu’il n’y avait pas la moindre logique pour un chef d’état qui gagne sur le terrain avec des moyens conventionnels d’utiliser des armes prohibées.

Ce pourrait être une opinion personnelle mais c’est aussi celle d’un sénateur de Virginie et ancien procureur général au Pentagone Richard H. Black.

On demande au lecteur de pardonner la traduction à la volée.

“Je veux être extrèmement clair : Raisons : je défie qui que ce soit de donner une raison (motive) pour le président Assad d’utiliser le gaz contre des rebelles. C’est simplement irrationnel … Preuves (evidence) : en tant que procureur je fais attention aux preuves. On ne dispose que de preuves données par les terroristes (Al Qaïda, “casques blancs”, On sait qu’en 2013 la Turquie a aidé à transporter du gaz (sarin) en Syrie. L’Arabie Saeoudite a donné 250 millions de dollars à la “fondation Clinton” et ils attendaient quelque-chose en échange. Ils voulaient faire passer un oléoduc au travers de la Syrie et ont lancé une attaque en 2011 en voulant gagner à tout prix. Au stade où nous en sommes, la seule possibilité pour les terroristes de gagner est d’entraîner les Etats-Unis dans cette guerre au côté des terroristes”.

Origines de la guerre syrienne, Richard H. Black, sénateur de la Virginie (Traduction “Google”).
Source : http://www.ancreport.com/report/origins-syrian-war-richard-h-black-senator-virginia/

Bien qu’automatique, la traduction est compréhensible et permet de remettre les faits à leur place. Il est important que l’électeur français sache que son gouvernement, le Quai d’Orsay, le ministre des Affaires Etrangères leur MENTENT.

Si ensuite le sachant, ils veulent voter pour eux, libre à eux. Mais dans ce cas, attention ! leur vote validera à postériori les actes de leurs dirigeants et ils seront considérés par l’Histoire (la Vérité finit toujours par prévaloir) comme co-responsables de ces actes. Un électeur est adulte, responsable et solidaire des personnes pour qui il vote.

La constitution française stipule explicitement que la France ne fera pas de guerre d’agression contre la liberté d’aucun peuple et se conformera au droit international.

Une civilisation qui s’avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente.

Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte.

Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde.

(…) ; que, déférée à la barre de la « raison » comme à la barre de la « conscience », cette Europe-là est impuissante à se justifier ; et que, de plus en plus, elle se réfugie dans une hypocrisie d’autant plus odieuse qu’elle a de moins en moins chance de tromper.

Césaire : discours sur le colonialisme.

A : Rapport sur les origines de la guerre syrienne, par Richard H.Black 11 mai 2016

La guerre syrienne n’a jamais été l’expression d’agitation domestique. Dès le début, la guerre syrienne futt une action étrangère, menée par des agents des services secretsn de l’OTAN et des dictateurs arabes. L’ancien ministre français des Affaires étrangères, Roland Dumas, a déclaré qu’en 2009, « la Grande-Bretagne préparait des hommes armés pour envahir la Syrie. Seymour Hersh a écrit au New Yorker que le président Bush a ordonné des opérations clandestines pour déstabiliser la Syrie en 2007. – appelé « printemps arabe ». L’Arabie saoudite a aidé à dissimuler les plans de guerre en fournissant le financement nécessaire, ce qui les cachait à la divulgation publique. Ensemble, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et les dictateurs radicaux du Golfe ont tracé des plans pour renverser le gouvernement libre et populaire de la Syrie. Ils ont préparé la sinistre Fraternité musulmane pour inciter à la violence et imposer des changements de régime au peuple syrien.

En 2011, la Syrie jouissait d’une plus grande liberté de religion et de plus grands droits de la femme que toute autre nation arabe. Le président Assad a maintenu la paix avec toutes les nations. Il a apprécié la liberté de religion et respecté toute foi. Au milieu de la guerre, en 2013, les chrétiens ont érigé l’une des plus grandes statues de Jésus-Christ au monde, une statue imposante au sommet d’une montagne visible d’Israël, de la Syrie et du Liban. Nos alliés arabes, l’Arabie saoudite et le Qatar auraient décapité ceux qui ont essayé de le faire dans leur pays. Les Saoudiens sont déterminés à forcer la loi Sharia violente sur la Syrie. Ils veulent que la Syrie soit purgée des chrétiens et d’autres minorités. Abandonner le gouvernement élu de Damas mettrait fin à la liberté religieuse et éteindrait les droits des femmes en Syrie pour toujours.
En 2011, le Département d’État américain et la CIA ont lancé son plan de longue date visant à renverser les gouvernements laïcs dans le Moyen-Orient. Le Département d’État a lancé des plans pour les Wahhabistes pour renverser les laïcides du Moyen-Orient et imposer une loi Sharia brutale en Syrie. Le commandant de l’OTAN, Westley Clark, a révélé que les États-Unis avaient l’intention de renverser sept pays qui lui ont été révélés en 2001. Aucun des pays visés n’a été impliqué dans les attentats du 9 au 11 contre le Pentagone ou les Twin Towers. WikiLeaks a publié des plans élaborés par l’ambassade des États-Unis à Damas en 2006 afin d’inciter à une révolution à renverser la Syrie. En 2011, dix ans après que le général Clark a découvert les plans pour les guerres d’agression, les agents en cendres ont mis en branle leurs plans mortels pour la Syrie.
Dans Hama, en Syrie, les maisons de tous les résidents chrétiens ont été marquées avec le symbole « Nazaréen ». Sur l’ordre, les voyous musulmans ont éclaté de mosquées radicales et les ont attaqués. En seulement trois jours, 70 000 chrétiens ont fui vers Damas, cherchant la protection du président Assad. La stratégie employée par les agents secrètes et la Fraternité était identique à celle utilisée par les nazis, qui avaient marqué les propriétés juives avec l’étoile de David avant de se déchaîner contre les Juifs pendant la nuit de cristal en 1938.

Les ambassadeurs américains et français ont violé le protocole diplomatique en contournant de manière inappropriée les blocus du gouvernement syrien. Ils ont voyagé ensemble à Hama et rencontré des émeutiers violents infestés par des agents d’al-Qaïda et leur ont promis un soutien américain complet. De cette façon, les ambassadeurs ont transformé les démonstrations sanglantes en révolution.
À Daraa, les agents du renseignement ont utilisé des tireurs d’élite en 2011 pour assassiner les manifestants et la police. Ensuite, ils ont reproché aux meurtres sur le gouvernement syrien. C’était une stratagème du renseignement classique. Bien qu’il y ait eu des manifestations légitimes pour le premier mois du soulèvement, il n’y a jamais eu de rébellion de « modérés » en Syrie. Dès le début, la brutalité a été organisée et dirigée par al-Qaïda en Syrie [al Nrara] et par la Fraternité musulmane syrienne.
Plus tôt cette année, la CIA, le MI-6 britannique et la DGSE française ont évincé le colonel libyen Kadhafi et l’ont brutalement assassiné. Ils ont renversé Kadhafi afin de saisir les armes libyennes pour être expédiées par la Turquie. Les Turcs ont envoyé les armes libyennes capturées à travers la frontière en Syrie pour renverser son gouvernement. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France n’autorisent pas le colonel Kadhafi à abdiquer, de sorte qu’il divulgue son régime méprisable. La secrétaire d’Etat Hillary Clinton était étourdi d’excitation sanguinaire lors du meurtre de Kadhafi. Elle s’écria à coucou : « Nous sommes venus ; nous avons vu ; Il est mort ! « Leurs plans avaient enflammé les flammes de guerre dans le Moyen-Orient, entraînant la mort d’un quart de million de personnes.
Tout au long de la guerre, des attaques incessantes ont été lancées contre la Syrie depuis le sol turc. Les armes et les jihadistes étrangers ont été massivement transformés en Syrie par des chaînes turques. Al Qaeda et ISIS sont fournis et financés par la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar et le Koweït. Les médias occidentaux ont imposé une panne totale sur une invasion transfrontalière massive en cinq fronts de la Syrie de la Turquie le 21 mars 2014. Les chrétiens dans la province de Latakia ont été ciblés et la percée s’est appuyée sur 600 missiles antichars TOW fournis aux États-Unis Qaeda liés à des forces pour ce but spécifique. Ces missiles ont aidé Al-Qaïda à pénétrer les lignes chrétiennes et syriennes et à saisir la charmante ville chrétienne de Kassab. Treize chrétiens âgés ont été décapités là-bas, les églises chrétiennes ont été profanées et les pierres anciennes dans les cimetières chrétiens ont été systématiquement écrasées. La Turquie a une longue histoire de vil génocide antichrétien ; C’est le principal conduit d’armes et de djihadistes atteignant aujourd’hui Al-Qaïda et ISIS en Syrie.
Des agents turcs ont lancé le Sarin Gas Attack 2013 à Ghouta. Le 6 juin 2013, il a été largement rapporté que les agents des frontières turques avaient arrêté des soldats d’al-Qaïda qui traversaient la Turquie en Syrie transportant 2,2 kg de gaz toxique de Sarin. Quelques semaines plus tard, le 21 août 2013, les agents de renseignement turcs et Al-Qaïda utilisaient le gaz Sarin pour assassiner 1300 civils syriens à Damas. Dans une démarche de propagande scénarisée, l’attaque du gaz toxique a été immédiatement blâmée par le président Assad. Les gouvernements britannique et américain ont essayé d’utiliser l’attaque de gaz de Sarin comme prétexte pour lancer des attaques directes contre la Syrie. Mais ces tentatives ont échoué lorsque le Parlement britannique a infligé au Premier ministre Cameron un coup étonnant en votant contre l’intervention. La volonté de l’administration Obama à l’égard de la guerre s’est répandue de la même façon dans le congrès peu de temps après. Six frégates de missiles guidés américaines envoyées à l’attaque ont ensuite été retirées des eaux syriennes.
Les allégations selon lesquelles le président Assad a ordonné que les attaques de gaz toxique soient complètement déconsidérées. Les détails du crime méprisable de la guerre contre le gaz de poison ont été révélés par l’auteur gagnant du Prix Pulitzer, Seymour Hersh dans son rapport « The Red Line and the Rat Line », et par l’éminent rédacteur Yossef Bodansky, dans son article faisant autorité intitulé « The White House aide à planifier l’attaque chimique syrienne ? « Aujourd’hui, les médias contrôlés par l’État reprochent à maintes reprises l’attaque chimique contre le président Assad, bien qu’aucune preuve crédible n’appuie leur demande. Le 21 octobre 2015, les députés turcs, Eren Erdem et Ali Şeker ont montré un courage extraordinaire en révélant, lors d’une conférence de presse à Istanbul, que la Turquie a fourni des rebelles à Nusra avec le gaz Sarin et les missiles utilisés dans l’attaque de Damas. [1] [1] Ils ont été immédiatement accusés de trahison par le dictateur brutal de la Turquie, le président Erdogan.
Les terroristes sont les criminels, et non les Syriens. Beaucoup sont faits de prétendus mauvais traitements infligés aux rebelles dans les prisons syriennes. En revanche, les rebelles n’ont pas de prisons. Ils assassinent leurs captifs, décapitant, crucifiant, lapidant, brûlant ou noyant dans des cages en acier. Les rebelles posent des centaines de vidéos, illustrant les exécutions de masse de prisonniers et le cannibalisme des champs de bataille. Beaucoup de leurs victimes sont des femmes, des enfants, des prêtres et des non-combattants âgés. Le droit international est clair ; Les terroristes qui commettent de tels crimes n’ont pas droit à des protections aux termes des Conventions de Genève. Lorsque les terroristes attaquent des cibles civiles avec des bombes suicides, ravagent les épouses de Syrie et décapitent leurs fils, ils peuvent difficilement s’attendre à un traitement doux en réponse.
Les nations occidentales font la promotion du terrorisme. Malheureusement, les gouvernements français, britannique et américain ont formé, armé et organisé des terroristes djihadistes de 60 nations étrangères pour envahir et déstabiliser la Syrie. Ils sont prêts à utiliser tous les moyens, aussi hideux qu’ils puissent être pour renverser la Syrie. La formation jihadiste a lieu dans des camps en Jordanie, en Turquie, en Arabie Saoudite et au Qatar. Les États-Unis paient en fait les salaires des mercenaires terroristes, qui fréquentent souvent les camps de la CIA pour rejoindre Al-Qaïda et ISIS, où ils mènent des exécutions de masse, des décapitations et des crucifixions. Ces terroristes formés à l’Ouest asservissent les femmes chrétiennes et Yazidi ; Ils les violent et à leurs enfants. C’est une guerre sale, un crime méprisable contre la Syrie dans tous les sens.

La coalition dirigée par les États-Unis contre ISIS est un simulacre complet. Nous prétendons bombarder ISIS mais 75% de nos avions retournent sans engager l’ennemi. Dans toutes les guerres auxquelles nous avons combattu auparavant, nous avons attaqué les capitales de l’ennemi. Cela indique que, avant l’arrivée des Russes, la capitale ISIS de Raqqa n’a jamais été ciblée pour un sérieux assaut. Les règles d’engagement associent les voleurs américains de manière à bénéficier à ISIS. Lorsque la Turquie a rejoint la « Coalition anti-ISIS », elle a lancé 300 attaques aériennes contre nos vaillants alliés kurdes – mais seulement trois contre ISIS. La Turquie est étroitement liée à ISIS et al-Qaïda. Ils ne les blesseront jamais délibérément.
Le mouvement inattendu de la Russie en Syrie a été un grand embarras pour la coalition dirigée par les États-Unis. Le monde comprend que la Russie signifie affaires. Il est gênant pour l’OTAN et les dictateurs du Golfe de prétendre qu’ils s’opposent à ISIS, tout en exprimant une irritation que la Russie a lancé un véritable défi pour les terroristes. ISIS et Al Qaeda savent que les Russes sont des entreprises. Ils ne s’engagent pas dans une guerre de faux comme l’a fait la Coalition. Une grande partie du monde applaudit les Russes pour leur approche sérieuse face au terrorisme. Ils ne joueront pas les jeux répétitifs de l’OTAN et des monarchies du Golfe.

Mon point de vue est le suivant :

1. Aucune nation n’a le droit de déposer le gouvernement syrien populairement élu ;
2. Aucune nation ne peut légalement installer un régime de marionnettes syrien de son choix ;
3. L’intervention militaire alliée contre la Syrie neutre et non belliqueuse est de nature criminelle ;
4. Aucune nation ne peut survoler légalement l’espace aérien syrien souverain ou déclarer « zones sans vol » en Syrie sans son autorisation ;
5. Le massacre terrible en Syrie est entièrement attribuable aux interventions militaires américaines, britanniques, françaises, saoudiennes, qatariiennes et turques et leur tentative échouée de changement de régime ;
6. La Turquie était principalement responsable du crime de guerre de Sarin qui a tué 1300 civils dans la banlieue de Ghouta, à Damas ;
7. Les actions précédentes étaient impitoyables, sanglantes et moralement odieuses.

Merci encore pour votre message de support. Je continuerai à faire ce que je peux pour répandre la vérité sur la Syrie et pour parler de la nécessité d’améliorer la politique étrangère de l’Amérique
Cordialement,

Richard H. Black
Sénateur de Virginie, 13e arrondissement
Twitter : @SenRichardBlack
Www.SenatorBlack.com

3 : Les curieuses périgrinations des chars américains du Texas en Allemagne, Pologne, Roumanie et Liban

Nous avons dans un article précédent montré comment l’OTAN faisait manoeuvre militaire sur manoeuvre militaire en Europe de l’Est. Mais l’excellente chaîne Israeli News Live a probablement su décrypter le plan de l’OTAN.

Avant que Donald Trump entre en fonctions, Barack Obama a fait traverser l’atlantique à un convoi militaire. Direction les pays-bas puis grand convoi bien visible en direction de la Pologne, pays baltes « pour dissuader une agression russe ». Certains ont ironisé sur le fait qu’une partie du matériel militaire soit peint aux couleurs sable dans les terrains boisés et lacustres de l’Europe polono-balte.

Puis le matériel militaire « sable » a pris la direction du sud pour être dirigé vers Constanza en Roumanie et chargé sur deux navires en direction des détroits turcs. Le 2 avril ils passaient les détroits et se dirigeaient vers Chypre.

Le matériel est arrivé le 4 avril à Beirouth (premier navire) et en Jordanie via canal de Suez pour le second.

Ce même 4 avril commence la soi-disant et en tous cas non prouvée attaque chimique du boucher de Damas entrainant la condamnation internationale attendue et le caquetage en boucle des journaleux et politiciens. Blah blah blah …

On retrouve naturellement le traditionnel « Observatoire syrien des droits de l’Homme » qui consiste en une personne au titre néammoins ronflant.

Le 5, réunion d’urgence du conseil de sécurité de l’ONU. But : faire voter dans l’émotion une résolution du style Libye – Khadafi. Sans succès.

Qu’à cela ne tienne, contre tout droit international Trump passera outre comme Bush fils en Irak. La France qui a un siège permanent au conseil de sécurité et qui devrait être horrifiée applaudit et se félicite à cet attentat à la sécurité collective. L’ONU ne s’en relèvera probablement pas. La loi de la jungle internationale est de retour.

Le 7 : Frappes américaines en Syrie.

Sachant que Beyrouth est distant de 116 km de Damas, une opération de style Yougoslavie 1991, Irak ou Libye ne devrait pas poser trop de difficulté.

Le ministre des affaires étrangères français, digne successeur de son prédécesseur a twitté :

Nous sommes au moins d’accord avec lui que les criminels de guerre devront tôt ou tard répondre de leurs actes selon la jurisprudence de Nuremberg.

Ces actes seront-ils jugés de leur vivant ? Nul ne sait ? Peut-être pas. Que « ces gens-là méditent » cependant entre deux réunions le livre de la Sagesse :

  • il fondra sur vous, terrifiant et rapide, car un jugement implacable s’exerce sur les grands

  • au petit, par pitié, on pardonne, mais les puissants seront jugés puissamment.

  • Les puissants seront soumis à une enquête rigoureuse.(Sag.6.-5-9)-

Conclusion

On sait bien comment tout ceci va se terminer et le choc en retour qui va frapper les ennemis de la vérité et qui soldera d’un coup les le tas d’équations malhonnêtes que l’occident accumule depuis au moins un siècle et demi. On ne peut pas occasionner des soufffrances incommensurables à des peuples entiers en restant devant le match de foot. Il doit y avoir un choc en retour.

Vendre son âme ou faire un pacte de Méphisto, même tacite, signifie nécessairement que si on oublie Mephisto, lui ne vous oublie pas et vous présente la note.

Goethe n’état pas un imbécile (QI = 180) et ce n’est pas en faisant sortir les livres qu’on a plus envie de lire des bibliothèques qu’on fait disparaître la réalité qu’ils ont décrite.

Ca donne (entre autres) la Syrie et le tissu impossible à déméler de propositions vraies-fausses et la tête dans le sable devant le choc en retour qu’on a créé soi-même.

Il faut honnêtement constater que l' »entité » a su « gérer » le phénomène Trump et reprendre son oeuvre de dissolution, de destruction et de chaos.

Dans ce pays, centre du système et de l’Empire, l’entité, gouvernement invisible, « deep state », peu importe (ceux qui sont dans les coulisses) ont senti le vent du boulet.

Puis la toile s’est tissée et refermée autour du président gênant, il est possible qu’il soit sous la menace d’un chantage : le fait est qu’il n’est plus le même homme et qu’il rentre dans le rang lisant des textes qui ne sont pas de lui.

Perdant la confiance de ses électeurs, il sera ensuite possible de l’éliminer sans trop de remous. On prend les paris.

Ses engagements électoraux de ne plus s’imiscer dans les affaires du Moyen-Orient sont oubliés et la feuille de route précédente est simplement reprise là où elle avait été laissée.

Le prétexte faussaire d’armes chimiques a servi mais on en aurait trouvé de toutes façons un autre. Puis viendra la guerre contre l’Iran et finalement contre la Russie et la Chine.

Evangile selon Luc 21 : 10Alors il (Jésus) leur dit : Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume ; 11il y aura de grands tremblements de terre, et, en divers lieux, des pestes et des famines ; il y aura des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel….
25Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots, 26 les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées … 

On ne sait pas ce que sont ces « grands signes dans le ciel » mais les missiles qui partent de frégates dans la nuit ou le ciel strié de trainées constituent au moins des candidats assez sérieux.

Il faut s’attendre à beaucoup d’autres signes dans le ciel et d’angoisse chez les nations dans un avenir très proche. .

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s